La construction d'un Campus international équin à Goustranville

La "Silicon Valley" du Cheval

Pourquoi un Campus international équin à Goustranville ?

Mondialement connue en tant que carrefour majeur de l’histoire du XXe siècle, la Normandie est aussi, depuis des siècles, une région dévouée au cheval. Berceau de 6 races, avec 117 000 équidés identifiés, la Normandie est la 1ère région d’élevage française donnant naissance à des champions en sports équestres et en courses. Ce ne sont pas moins de 18 000 emplois répartis dans tous les métiers de la filière. La Normandie est par définition la terre d’excellence du cheval.

 

Convaincu de son importance pour l’image du territoire, son attractivité, son rôle dans l’économie mais aussi pour les jeunes, les sportifs et les cavaliers amateurs, le Département du Calvados agit depuis longtemps en faveur de la filière équine et des activités équestres.

Aujourd’hui, le site de Normandie Équine Vallée à Goustranville est mondialement reconnu pour les activités qui y sont menées, les équipements de pointe et les équipes dynamiques encadrées par des spécialistes de renom.

 

C’est donc tout naturellement qu’à l’issue d’un processus engagé en 2016, l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort (EnvA) a entériné, le 22 novembre 2018, le transfert de ses activités d’enseignement et de recherche en santé équine depuis son site francilien vers le site de Goustranville. Tous les étudiants qui choisiront la spécialité équine viendront ainsi se former sur le site de Normandie Equine Vallée à Goustranville, soit 80 à 100 étudiants par an.  

Normandie Équine Vallée a pour ambition de conforter ce site emblématique, vecteur d’attractivité pour la filière équine et le territoire normand, en créant un campus équin attractif, de dimension internationale et multi-acteurs, dédié à la recherche, la formation et aux acteurs économiques de la filière équine. L’objectif est de rassembler sur un même lieu étudiants, chercheurs et entreprises afin de produire les innovations de demain utiles à la filière sur les thématiques du bien-être et de la santé équine. Ainsi, à horizon 2023, plus de 6 500 m2 de locaux supplémentaires verront le jour et le site accueillera plus de 250 personnes, contre une cinquantaine actuellement.

 

Ce vaste projet de développement sera financé à hauteur de 30 millions d’€ par la Région Normandie, de 1,5 million d’€ par le Département du Calvados et 2,4 millions d’€ par le fonds Eperon. L’Etat et les fonds européens sont aussi sollicités. L’ouverture du campus est prévue pour la rentrée de septembre 2023.

Le projet prévoit :

  1. La construction d’un Centre Hospitalier Universitaire vétérinaire (CHUv) dédié à l’équin ;
  2. La construction d’un amphithéâtre clinique connecté qui permettra de réaliser des enseignements à distance avec manipulation d’un cheval vivant ;
  3. La construction d’une salle de travaux pratiques pour les étudiants ;
  4. La réhabilitation et l’extension de locaux dédiés à la recherche, notamment des laboratoires de types P1 et P2 ;
  5. La construction d’un espace tertiaire nommé « Espace Vie et Entreprenariat » comprenant des bureaux, des espaces de coworking, des surfaces d’exposition, un foyer de restauration ;
  6. La construction de logements étudiants et de logements de fonction ;
  7. L’implantation d’un centre de formation.

Le programme détaillé de ce vaste projet a été réalisé par le cabinet ELIX.

L’équipe de maitrise d’œuvre, recrutée en décembre 2019, est composée de :

– L’agence Jean AMOYAL – GROUPE FRANC ARCHITECTURES, mandataire du groupement

– le cabinet BETOM ingénierie, bureau d’études technique, fluides, structures, économiste

– l’atelier ZENOBIA, architecte Paysagiste

– l’agence CAP TERRE, bureau d’étude spécialisé sur les sujets environnementaux

– le cabinet d’architecte POLYPHORM, qui sera plus centré sur la partie travaux

– le cabinet ACOUSTIBEL, acousticien.

« Le projet est conçu comme un “village”, incluant des quartiers à l’échelle humaine. Une écriture identitaire et contemporaine a été conçue pour permettre à la fois de créer une nouvelle organisation, mais aussi de résoudre délicatement la question de l’unité du lieu et de gérer les flux dans le respect des chevaux en adéquation avec les besoins. Par une approche globale et sensible, les propositions architecturales, paysagères et scénographiques répondent à l’ambition de révéler et faire rayonner le site dans toute son originalité » expliquent Franck Hébert, Président de l’agence Jean Amoyal GROUPE FRANC ARCHITECTURES et Gabriel Franc, Directeur Général du GROUPE FRANC ARCHITECTURES, qui interviennent en qualité d’architectes de conception sur ce grand projet à travers leur Agence du Havre et Polyform à Caen. »

Positionné à l’Est du campus, ce CHUV sera l’un des bâtiments les plus emblématiques du site par son emprise, son architecture et sa fonction.

Ce CHUv sera composé de différents secteurs, parmi lesquels : médecine, chirurgie, soins intensifs, zones d’isolement… Il sera ouvert 24h/24 et 7j/7.

 

La construction d’un CHUv équin permettra à l’EnvA de remplir l’ensemble des exigences pour l’obtention de l’accréditation A3EV (Association européennes des établissements d’enseignement vétérinaire) et de l’accréditation américaine AVMA (American Veterinary Medical Association), et d’assurer une formation initiale en santé équine de standard international en France.

Images non contractuelles

©Agence Jean AMOYAL – Groupe Franc Architectures

En liaison directe avec le CHUv et à proximité immédiate de la Maison Historique de l’ancienne fromagerie et de son jardin, l’amphithéâtre sera vu depuis les axes piétonniers principaux. Il s’agit de créer une architecture moderne et dynamique sans marquer de rupture paysagère.

Cet amphithéâtre de 150 places permettra de réaliser des enseignements à distance. Il se distingue par son caractère à la fois clinique (permettant la réalisation d’actes diagnostiques et d’interventions sur un cheval présent sur la scène), et connecté (avec la possibilité de retransmettre sur écran le détail d’une intervention réalisée en direct, soit sur la scène, soit depuis une salle de soin ou de chirurgie du site ou d’un site distant).

L’amphithéâtre pourra également être utilisé en configuration « conférence » classique, sans chevaux, notamment pour l’accueil d’évènements scientifiques internationaux et d’évènements utiles à la filière en Normandie (séminaires, rencontres et réunions).

La scène est un espace vide de 130 m² qui se prolonge de la régie au box d’attente prévu pour l’entrée du cheval.

Images non contractuelles

©Agence Jean AMOYAL – Groupe Franc Architectures

L’ensemble des façades, neuves ou réhabilitées, sera traité uniformément pour obtenir un ensemble cohérent.

Outre l’extension de l’unité Pheed, l’aménagement de bureaux, de zones de stockage et d’archives en RDC, une nouvelle salle de réunion avec un accès direct depuis l’accueil sera aménagée sous les combles, au R+1. Reprenant le principe des lucarnes existantes, un nouveau cadrage vers le jardin sera créé pour la salle de réunion.

Images non contractuelles

©Agence Jean AMOYAL – Groupe Franc Architectures

La réhabilitation et l’extension de locaux dédiés à la recherche permettra d’élargir le spectre des projets de recherche engagés par les équipes en présence, et de renforcer les collaborations et partenariats scientifiques à l’international.

Ce bâtiment tertiaire comprendra des bureaux, des espaces de co-working, des surfaces d’exposition, un foyer de restauration (SU 1514 m²). Il accueillera les représentants de la filière équine (associations et pôle de compétitivité) ainsi que des entreprises innovantes.

Bâtiment circulaire, il sera habillé par une succession de lames verticales en bois qui, au travers des jeux de lumières et d’ombres portées, donneront une image forte au site et souligneront sa géométrie courbe.

L’aspect rayonnant du bâtiment permettra également aux usagers d’avoir des vues panoramiques sur le paysage. Très largement vitré, il laissera entrevoir ses activités intérieures.

Images non contractuelles

©Agence Jean AMOYAL – Groupe Franc Architectures

Cet espace renforcera l’attractivité du territoire (déjà forte grâce à la présence du CIRALE, de l’Anses et de Deauville) et sera essentiel à la vie du campus. Il fera de ce campus un lieu moderne, ouvert, favorisant la créativité, la co-production, et les rencontres étudiants / chercheurs / cliniciens / start-uppers / socio-professionnels.

L’architecture des logements reprend l’écriture architecturale des longères du bocage normand, de manière contemporaine.

Quelques places de stationnements extérieures sont prévues dans le cadre de l’aménagement d’une placette en liaison avec le centre-bourg.

 

Cet aménagement urbain engage de manière positive de nouvelles perspectives pour le développement de la commune et de son environnement proche.

Un habitat écologique
Dans une recherche d’innovation et de haute qualité environnementale, les logements seront construits suivant le mode constructif bois/paille.

 

Les façades habillées de bardage en bois horizontal et les toitures en tuiles rouge participent à créer une dynamique visuelle et une cohérence entre la morphologie des bâtiments existants et ceux du futur campus.

La transparence souhaitée de la façade sur toute sa hauteur laisse entrevoir depuis l’extérieur l’activité du bâtiment sur le déroulement d’une journée.

Images non contractuelles

©Agence Jean AMOYAL – Groupe Franc Architectures

informations clés

SURFACE

6 500 m2

COÛT

36,5 M€

COFINANCEURS

MAÎTRE D'OEUVRE

Agence Jean AMOYAL – Groupe Franc Architectures